LES VOLIERES A FAISANS

  Très spectaculaire et exubérant, le faisan a été introduit un peu partout en Europe à partir du moyen-âge pour le plaisir de la chasse. Il est originaire du bassin de la mer Noire.

  L'habitat de prédilection du faisan de Colchide est composé d'une alternance de prés et de cultures entrecoupés de haies et de boqueteaux.  Il est attiré par les milieux humides et ne dédaigne pas le maïs.

  La reproduction du faisan à l'état sauvage est assez curieuse. Elle adopte une stratégie qui semble varier en fonction de la répartition quantitative des sexes au moment où elle débute, ce peut être la polygamie, la polygynie, ou même la constitution de harems.

  Son régime alimentaire est composé principalement de graminées et de céréales, mais comprend aussi des baies, des fruits, des insectes, des larves, et même de petits vertébrés.

 

  Très démonstratifs, les mâles dominants, au printemps, lancent un chant à deux syllabes "kou kook" perceptible à plus de 300 m. En automne/hiver, ceux qui se perchent dans les arbres pour y passer la nuit émettent des "kook kook kook" très sonores.
 

 

  Une volière de rappel est un espace grillagé clos d'une surface d'environ 10 à 12 m² (3 à 4 mètres linéaires de côté).

  Une hauteur de 1,80 mètre, pour un grillage de 2 mètres où l'on aura pris le soin d'enterrer 20 centimètres de grillage.

  Elle sera terminée d'un filet en partie haute prévu à cet effet.

 

  Dans le choix du lieu où sera implanté la volière, il est évident de trouver un emplacement isolé, caché dans un bosquet par exemple, éloigné de tout dérangement, et surtout des chiens.

  Il ne faut pas perdre de l'esprit que nous recherchons un endroit ou les couples pourront se reproduire en toute sécurité et sans être dérangés, dans le cas contraire , ceux-ci ne resteront pas sur place et déserteront le secteur.

 

  Il est fortement recommandé de renforcer  sur  80 cm à   1 m le bas de la volière par un grillage plus petit, de façon à empêcher la petite sauvagine de pénétrer, mais également pour les faisans afin d'éviter des blessures.

  Une fois votre volière terminée et intégrée dans le paysage, vous placerez à l'intérieur 2 faisans et 4 faisanes, de façon à les accoutumer au secteur et surtout être ensemble. Vous y placerez un abreuvoir, ainsi qu'un agrainoir.

  Placez également à l'intérieur un abris de fortune pour que les volatiles puissent se mettre à l'abri en  cas de mauvais temps. Une tôle inclinée sur une palette, avec quelques branchages autour parait suffisant.   

  Les 6 faisans seront placés dans la volière, dans une généralité, vers le début du mois de mars.

  Au bout de 8 à 10 jours, libérez 1 coq faisan et 2 poules, en ayant pris le soin de placer à proximité, et à l'extérieur un abreuvoir et un agrainoir.

  Cette opération à pour but de séparer les 2 coqs qui vont commencer à se battre, mais aussi pour accoutumer les trois faisans libérés à leur nouvel environnement.

   Enfin une semaine après avoir libéré les trois premiers faisans, libérez les deux poules restantes. Le coq lui, reste dans la volière, il a pour mission de chanter et d'appeler les autres faisans qui sont autour, pour les maintenir sur place.

 

  Enfin le coq sera libéré bien plus tard, quand les petits seront relativement grand.

  Le coq est habituellement polygame. Les faisans sont aptes à se reproduire au printemps suivant leur naissance.


  La poule pond 9 à 12 oeufs, parfois plus et couve seule dans un nid préparé à même le sol et constitué de brindilles, de feuilles et de plumes. L'incubation dure 24 à 25 jours. Les sites de ponte sont très variés et couvrent la majorité des milieux qu'ils soient boisés, cultivés ou non. Les éclosions ont lieu généralement entre le début mai et la fin juin. En cas de destruction, la poule peut effectuer une nouvelle ponte dans un nouveau nid et parfois une troisième qui pourra alors éclore en août. Peu après l'éclosion, les poussins quittent le nid avec leur mère.

  Il convient, naturellement, d'apporter une attention particulière à la sauvagine.